Test Filtre K&F CPL+ND2-32

Que vaut le filtre ND variable (de ND2 à ND32) avec effet polarisant intégré (CPL) de K&F Concept ? Je teste ça en détail et vous donne mon avis !

Aujourd’hui je vous fait un retour sur un filtre deux-en-un assez prometteur sur le papier : le filtre polarisant plus ND variable 2-32 de chez K&F. On va voir qu’il tient certaines de ces promesses, mais pas la plus importante à mon sens.

Je vous ai expliqué dans mes vidéos précédentes l’intérêt des filtres polarisants d’un coté et des filtres ND de l’autre. Et il est tout à fait possible d’empiler les deux pour bénéficier à la fois de l’effet du filtre polarisant sur les couleurs et les reflets mais aussi de faire de la pose plus longue grâce au filtre ND. Ca tombe bien parce que les filtres ND variables sont justement composés de deux filtres polarisants. Mais dans les filtres ND variables classiques l’effet polarisant est annulé par une autre couche afin de ne conserver que l’effet de réduction de la lumière. Ici K&F a conservé l’effet polarisant, et on a donc en un seul filtre un effet polarisant et un filtre ND variable.

Comment ça se présente ? Il y a d’abord une partie filtre polarisant classique : c’est donc un filtre circulaire qu’on va visser sur l’objectif. En faisant tourner l’ensemble du filtre on va choisir l’angle de polarisation, et donc jouer la puissance de l’effet polarisant et sur les zones sur lesquelles les reflets seront supprimés ou atténués. Exactement comme un filtre polarisant classique, c’est pour ça que je l’avais d’ailleurs inclus dans mon comparatif des filtres polarisants. La conclusion de ces tests était que le filtre K&F offre la même qualité de polarisation que les autres filtres, une perte de luminosité dans la moyenne avec 1,35 stop et une légère dérive colorimétrique vers le jaune, mais qui se corrige sans problème. Niveau piqué, je n’ai constaté aucune différence entre des photos avec et sans filtre. Et par rapport aux autres filtres il s’en sortait avec une particularité qui peut être utile dans certaines conditions : l’eau n’accroche vraiment pas dessus, c’est assez incroyable, c’est vraiment comme dans l’image promotionnelle de K&F. Je vous remets le petit test que j’avais fait en le mettant sous le robinet, les gouttes d’eau glissent totalement dessus, c’est magique. Du coup si vous prenez des photos ou des vidéos sous la pluie, ça peut vraiment faire la différence, et clairement depuis que je l’ai, je le préfère à mes autres filtres pour les timelapse par exemple s’il y a des risques de précipitations. Ca c’était pour la partie filtre polarisant classique. Au passage si ce genre de tests matériel photo vous intéresse, n’hésitez pas à vous abonnez !

Ensuite il y a la partie filtre ND variable. En plus de l’effet polarisant, ce filtre va donc permettre de réduire la lumière qui rentre de 2 fois jusqu’à 32 fois, en tournant un petit levier sur la partie avant du filtre. Il y a une position min qui correspond en gros à un filtre ND2. Je l’ai mesuré à -1,35 stop, soit plutôt techniquement plutôt ND2,5. Mais en fait c’est juste l’atténuation classique d’un filtre polarisant. On va ensuite pouvoir faire tourner le petit le levier sur un peu moins d’un quart de tour en passant par les positions ND4, ND8, ND16 et MAX qui correspond donc à ND32. Physiquement le système fonctionne bien. Si on règle le polarisant en premier il faut juste bien penser à maintenir le bord du filtre quand on règle le filtre ND pour pas faire tourner tout le filtre. Premier problème que j’ai constaté, en position max est plutôt sur du ND100 que du ND32, ce qui fait quand même une sacré différence. En termes de stop ça veut dire un 6,6 stop au lieu des 5 stops annoncés. A moins qu’ils ne considèrent que la réduction de lumière de la partie polarisante du filtre ne compte pas. Dans ce cas là ça colle à peu près, on aurait 1,6 stop de polarisant et 5 stop de filtre ND, ce qui fait 6,6 stop donc en gros du ND100. Si je vous ai perdu dans les maths c’est pas grave, ce qu’il faut retenir en résumé c’est qu’il bloque plus de lumière qu’annoncé. Et j’ai testé avec différentes focales, c’est toujours environ ND100. Ca c’est la bonne surprise en quelque sorte, une fois qu’on le sait. Mais maintenant il y a un éléphant dans la pièce comme on dit au québec : le problème du manque d’uniformité du filtre aussi connu sous le nom de la croix noire.

En effet, les filtres ND variables sont tristement célèbres pour ce problème : en fin de course, à la puissance maximale, des zones plus sombres apparaissent sur l’image, en forme de croix. K&F annonce pourtant que ce filtre n’a pas ce problème. Mais malheureusement il n’échappe pas à la règle, comme on va le voir en détail. L’intensité du problème va dépendre de trois facteurs : le niveau de réduction de la lumière. Il est inexistant à la puissance minimale et le plus visible à la puissance maximale. Il va aussi dépendre de la focale utilisée. Il va être catastrophique au grand angle et plus on va augmenter la focale plus il va disparaître, puisqu’on va prendre comme prendre une portion plus centrale de l’image. Enfin, ils dépendent de la rotation du filtre. Comme il s’agit pour simplifier de deux triangles sombres, s’ils sont en haut et en bas de la photo, il seront moins visibles que dans les coins. Dans cette position, les zones sombres n’apparaitront quasiment pas dans la photo, alors que là elles seront très visibles dans les coins.

La question avec ce filtre ND variable c’est donc dans quelles conditions il est utilisable et dans quelles conditions il ne l’est pas. Parce qu’on va voir qu’il y a clairement des combinaisons de focale et de puissance ND dans lequel il est complètement inutilisable. Voilà le pire que j’ai réussi à faire. Là on est à la focale de 15mm en équivalent plein format, à la puissance maximale du filtre soit ND32 et avec les zones sombres volontairement mises dans les coins. On voit deux énormes zones sombres de chaque coté, avec une perte d’un peu plus de 3 stops par rapport au centre. Si on est en photo et en RAW, l’exposition peut se corriger relativement facilement, au prix d’une grosse augmentation du bruit. Plus trois stop au post-traitement ça équivaut à multiplier les ISO par 8, et encore, sous réserve que l’appareil soit ISO invariant. Donc à bas ISO ça peut passer, mais à haut ISO, ça va sévèrement dégrader l’image. Mais pire encore, une fois l’exposition corrigée, on obtient ça. On voit donc qu’il y a en plus une dérive vers le cyan dans les coins. J’ai essayé de le corriger en quelques minutes sur Lightroom et j’ai pas réussi à obtenir un truc totalement satisfaisant. En poussant le truc sous Photoshop on doit sans doute pouvoir y arriver, mais pour moi on est pas dans quelque chose de raisonnable. Et encore tout ça c’est parce que c’est de la photo et que c’est en RAW. En JPEG ou vidéo, c’est absolument impossible à rattraper, ça sera complètement bouché avec des couleurs complètement faussées. Donc pour moi ce filtre n’est pas réellement utilisable à 15mm et à ND32. J’ai donc fait plein de tests vraiment palpitant à faire pour déterminer les combinaisons focale / puissance utilisables. Toutes les focales indiquées sont en équivalent plein format. J’ai pris à chaque fois l’hypothèse la pire, c’est à dire les zones sombres dans les coins, mais comme c’est à la base aussi un filtre polarisant, vous ne pouvez pas tourner le filtre comme vous voulez pour virer les zones sombres sinon vous n’aurez pas l’effet polarisant voulu.

Voila un récap des résultats de mes tests. Verticalement c’est la puissance du filtre ND et horizontalement la focale. En rouge c’est en gros comme ce que je viens de vous montrer : énorme perte de luminosité et dérive colorimétrique. Donc quasi inutilisable. En orange, la perte de luminosté est nettement plus contenue et il n’y a plus de dérive cyan. Donc au prix de pas mal de post-traitement sur chaque photo et de perte de qualité sensible, ça peut être utilisable en photo en RAW. Par contre en jpg ou en vidéo, ça reste inutilisable. Ensuite en jaune c’est toujours présent et mesurable sur une scène de test, mais c’est difficilement visible en conditions rééles, à moins d’avoir une grande zone unie comme un grand mur ou un grand ciel bleu. Ensuite les deux verts c’est négligeable pour le premier et pas du tout présent pour le deuxième, donc tout à fait utilisable dans les deux cas.

Donc quand on regarde ce tableau récap, le bilan est franchement moyen. Déjà pour les grands angles, donc les focales 27mm et inférieures, il est tout simplement quasi inutilisable, même à ND8 seulement. Ensuite pour les focales standard, il devient un peu plus utilisable. Si on prend la plage du zoom classique 24-70 par exemple, il sera inutilisable au plus fortes puissances et au plus grand angle, moyennement utilisable entre les deux et sans problème à partir de 40mm en gros. C’est quand même pas génial. Si on prend un zoom c’est souvent pour être réactif et polyvalent, donc se demander à chaque fois : est-ce que les réglages de focale et de le filtre ND vont dégrader mon image ? c’est loin d’être pratique. On peut toujours vérifier sur le viseur ou dans l’écran, mais c’est la encore pas pratique. Ensuite pour les plus grandes focales là il n’y a aucun problème, il rempli parfaitement son rôle. Mais les filtres polarisants sont quand même moins souvent utilisés au téléobjectif.

En conclusion, est-ce que je recommande ce filtre 2 en 1 polarisant + ND variable ? Ben si vous savez que vous allez vous en servir uniquement avec une focale fixe de 50mm ou plus, ou avec un 70-200 par exemple, alors oui, à ce moment là, il rempli parfaitement son rôle, la construction est de bonne qualité, il s’utilise facilement, l’effet polarisant est bon, la dérive colorimétrique contenue, le ND variable est pratique, bien gradué, et enfin le revêtement déperlant est assez impressionnant. Par contre si vous cherchez un filtre polarisant et un filtre ND pour des focales standards ou grand angle, passez votre chemin, il vaudra mieux se rabattre sur la combinaison classique d’un filtre polarisant d’un coté et d’un ou plusieurs filtres ND de puissance fixe de l’autre. Si c’est uniquement la partie ND variable qui vous intéresse, alors partez sur un filtre ND variable pur, sans effet polarisant. Soit d’une grande marque connues, soit celui de K&F a aussi une très bonne réputation, mais je ne l’ai pas testé personnellement.

J’espère que cette vidéo vous aura intéressé, je vous mets en lien mes autres vidéos sur les filtres qui devraient aussi vous intéresser. N’hésitez pas à faire tourner autour de vous si on vous parle de filtre ND variable, à vous abonnez, et d’ici la prochaine vidéo je vous dis, bonnes photos, bonnes vidéos et bonnes croix noires de la mort

Filtre ND utilisé dans la vidéo : K&F Concept CPL 77 mm Filter Polarisant variable ND2-ND32
▶ Lien Amazon : https://amzn.to/32GagVU
▶ Site de K&F : https://bit.ly/321se47 (10% de réduc avec le code : FRKF10 )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *