Pourquoi c’est la GUERRE entre photographes !

Pourquoi les photographes s’engueulent si souvent entre eux ? J’essaye d’éclaircir ce grand malentendu et pourquoi pas en sortir pour atteindre la paix dans le monde … de la photo !

Camarades, il y a une grande guerre secrète qui ravage le monde de la photo, et aujourd’hui je vais vous la révéler pour que nous puissions ensemble tenter d’y mettre fin !

Bon, ok, c’est peut-être un peu exagéré, mais quand même, ya du vrai, et on va en parler tranquillement dans cette vidéo ! Depuis que j’évolue dans le grand monde de la photographie, j’ai constaté qu’il y avait un grand malentendu entre photographes et que ce malentendu cause beaucoup de tensions, de discussion stériles, voir même de haine ! Oui, carrément, le mot est lâché. Et tout ça c’est parce qu’en fait il existe 3 types de photographes qui utilisent le même outil, un appareil photo, mais ils parlent pas la même langue.

Mais aujourd’hui c’est fini, je vais restaurer la paix et l’harmonie dans le monde … de la photo ! ça serait déjà pas mal. 

Aller, pour rentrer dans la vif du sujet, on commence par voir les trois types de photographes et on verra après le rapport entre ces photographes et la distinction entre photographes pro et photographes amateurs. Ensuite on pourra vraiment comprendre pourquoi du coup c’est la guerre et qu’est-ce qu’on peut y faire.

Commençons par le premier type de photographe, le plus courant : le photographe technicien. L’objectif du photographe technicien c’est de faire une photo qui réponde à un besoin, donc une photo de son sujet techniquement réussie, une photo qui le représente parfaitement. C’est dans cette catégorie qu’on retrouve une grande partie des photographes professionnels. Quand on shoot du packshot produit, de l’immobilier, de la bouffe, etc. l’objectif c’est d’avoir une photo bien nette, avec une balance des blancs bien réglée, un bon cadrage, etc. Si deux photographes immobiliers shoot le même appartement, bien sûr il ne vont pas choisir *exactement* le même angle et le même cadrage, mais au final il sera impossible de savoir qui a pris quelle photo, de reconnaître un style. Et ça c’est parce que la vision du photographe n’est pas présente dans la photo. Et c’est d’ailleurs souvent le but même : faire une photo la plus neutre possible. Le summum de la photo technique c’est la photo d’identité, tellement neutre que des photomatons peuvent même les prendre sans photographe.

Ensuite on va parler du photographe artiste. Qu’est-ce qu’un artiste ? Vous avez 4 heures, quand ça sonne vous posez votre stylo et je ramasse les copies. En fait il y a une réponse assez simple à cette question, parce qu’elle est un peu tautologique, elle se mord un peu la queue quoi, mais ça va nous suffire. Un artiste c’est quelqu’un qui déclare faire de l’art. En photo c’est donc quelqu’un qui va faire des photos pour faire de l’art. C’est à dire que le but de la photo c’est la photo elle même. Après, son art peut être bon ou mauvais, c’est une autre question, mais quiconque déclare faire de l’art est un artiste. Contrairement aux deux autres types de photographe, l’objectif de la photo d’artiste est la photo elle même. Elle ne répond à aucune commande, à aucune demande externe, elle n’a aucun objectif de réalisme ou de rapporter des faits. Ça peut quand même tout à fait être le cas, mais c’est le libre choix de l’artiste, c’est pas obligé.

Enfin 3eme type de photographe, le photographe artisan : j’en parle en dernier parce qu’au fond il partage une caractéristique de chacun des deux premiers types : 1) le but externe comme pour le photographe technicien. La photo d’un photographe artisan répond à un besoin, à une demande. Mais aussi, 2) comme pour l’artiste, la vision du photographe transparaît dans sa photo. L’exemple type c’est le photographe de mariage. Deux photographes de mariages différents fourniront tous les deux des photos des moments importants de la journée pour faire de beaux souvenirs (enfin normalement). Les photos répondront donc bien à ce besoin. Par contre les choix des cadrages, des perspectives, de la gestion du flou, de la lumière, le post-traitement, etc. tout ça sera différent et donnera au final des photos bien différentes.

Pour les professionnels, il existe d’ailleurs clairement une distinction juridique entre les trois types de photographe.

Le photographe technicien sera généralement auto entrepreneur ou salarié, le photographe d’art aura le statut de photographe auteur, et le photographe artisan aura le statut … de photographe artisan, c’est bien fait ! 

Là on a parlé des photographes pro, et la distinction entre les trois types de photographe est je pense assez claire. Et comme le statut juridique est obligatoire, le photographe est obligé de choisir et donc forcément ça clarifie les choses. 

Mais là où ça devient le bordel c’est pour les amateurs. Parce que les amateurs n’ont pas de statut, ils sont juste photographes, mais pourtant au fond les mêmes questions se posent aussi, les mêmes distinctions existent bien. Quand je prends une photo pour moi, je ne me pose pas forcément la question de quel type de photographie je suis en train de faire. Si je prend en photo la nébuleuse d’Orion ou les facettes de l’oeil d’une mouche pour en révéler dans le deux cas tous les détails et les couleurs, je fais de la pure photo technique. La nébuleuse d’Orion prise par deux photographes différent, ça sera la même. Seule la qualité technique de la prise de vue va changer, et peut-être un peu les choix de post-traitement, mais les différences resteront minimes. Pareil pour l’immense majorité des photos souvenirs, qu’elles soient prise au smartphone ou avec un appareil photo dédié. Ce qu’on recherche dans ce genre de photo, c’est de retranscrire le plus fidèlement possible la réalité. 

Mais les amateurs peuvent aussi tout à fait pratiquer la photo comme des artisans, même s’il n’y a pas de client qui formule une demande. Quand on prend des photos de vacances ou de ses proches, on va souvent vouloir qu’elles retranscrivent la réalité de l’instant, que ça soit des paysages ou des personnes. Mais pour autant qu’elles ne soit pas purement descriptives, qu’elles retranscrivent notre vision de cette instant, qu’elles apportent quelque chose de personnel. Et sans pour autant nécessairement affirmer qu’il s’agit d’un travail d’artiste. Le photographe amateur peut donc tout à fait être un photographe artisan.

Et bien sûr, n’importe quel amateur peut faire de l’art dès lors qu’il le décide, et beaucoup de photographes amateurs qui disent “je suis photographe” sous entendent “je suis artiste photographe” mais comme ça peut faire prétentieux, il disent simplement “photographe” ou “photographe auteur”, ce qui est pareil. Et encore une fois, comme pour les pro, il n’y pas question de qualité, de reconnaissance ou quoi ce soit, c’est juste une question de démarche. 

Avant d’expliquer pourquoi c’est la guerre entre photographes, il faut quand même préciser que ces trois catégories sont théoriques, en vrai la limite est souvent floue. A part les quelques cas assez particuliers comme par exemple la photo du ciel profond ou du packshot sur fond blanc, très souvent un photographe technicien va quand même inévitablement mettre de sa vision des choses dans ses photos, et se raprocher en ça de l’artisan. Beaucoup d’artistes photographe ont aussi souvent commencé comme artisan avant de se rendre compte, ou avant que quelqu’un d’autre de se rendre compte que leur travail portait une véritable vision artistique. 

Maintenant, pourquoi c’est la guerre entre les photographes ? Ben parce que si on ne sait pas clairement dans quelle catégorie on se situe, et surtout si on ne dit pas quand on montre ses photos, ça créer des malentendus. 

Et une photo techniquement réussie peut être artistiquement ratée, et inversement ! 

Et du coup quand quelqu’un partage une photo genre “Voici ma photo, qu’est-ce que vous en pensez ?” Ben on se retrouve avec des discussions genre “elle est raté, elle est floue”, elle est sous-exposée, ta balance des blancs est mal réglée, etc. Donc des réponses technique. Et l’auteur qui répond que c’est fait exprès, que c’est de l’art et que ceux qui n’ont pas compris sont des cons. Ou inversement, quelqu’un qui va montrer une photo visant l’excellence technique et qui se verra rétorquer que sa photo manque de vision, n’exprime rien, etc.

C’est particulierement vrai parce que pour certains photographes, seule la photographie artistique a un intérêt, et le reste c’est de la merde. C’est d’ailleurs souvent les mêmes qui vendent des formations pour être un meilleur artiste, le hasard fait bien les choses, hein !

Alors comment on s’en sort ? Ben déjà en arrêtant de hiérarchiser les différents types de photographe. Un artiste n’est pas un meilleur photographe qu’un technicien, un artisan pas un artiste raté, et quand bien même il serait un artiste qui fait des trucs nuls, il n’y a pas de mal à ça, des photos techniquement imparfaites peuvent être de pures oeuvres d’art, etc. Bref, il faut reconnaître qu’il y a 3 types de photographes, et qu’ayant chacun des objectifs (insert objectif) différents, il ne sont pas comparables. Pour vendre ma maison, je préfère avoir des photos de technicien, pour mon mariage d’un artisan dont j’apprécie le style et pour afficher sur mes murs des photos d’artistes. Je vous laisse imaginer des photos d’immobilier dans le style moody. Ou avoir en souvenir de son mariage des photos en pose longue parce que l’artiste a voulu nous faire réfléchir le temps du mariage. Ou encore des photos d’immobilier affichées dans son salon !

Et ensuite bien sûr pour éviter les engueulades, quand on partage ses photos, expliciter ses objectifs pour éviter tout malentendu.

J’espère que cette petite réflexion vous fera autant réfléchir que moi. Dites moi dans les commentaires quel type de photographe vous êtes, est-ce que vous vous êtes déjà posé la question, et ce que vous pensez de tout ça ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *