Test du Crane 2S de Zhiyun

J’ai testé le nouveau stabilisateur Crane 2S de Zhiyun et voici mon avis dessus. Est-il la nouvelle référence du gimbal run&gun comme annoncé ? Verdict dans ce test !

Test du Crane 2S

Salut à tous, je suis heureux de vous retrouver aujourd’hui pour vous faire un retour sur le Crane 2 S de Zhiyun, la nouvelle version du Crane 2, un des meilleurs stabilisateur de sa catégorie.

Alors justement, dans quelle catégorie mettre le Crane 2S – à quel besoin il répond ? Ben c’est un gimbal qui a pour moi le positionnement idéal. Il va permettre de monter à peu près n’importe quel système sérieux dessus à l’exception des plus grosses caméras cinéma. Ca veut dire qu’on va pour l’utiliser avec tous les setups run&gun classiques à base de reflex, d’hybride ou de petites caméras comme la pocket cinema 6k, accessoires compris. Il ne sera par contre pas capable de supporter des setups à base de caméra cinéma plus grosse genre Alexa, RED, C300, etc. mais pour moi de toute façon après pour moi on atteint la limite de ce qu’on peut raisonnablement porter à bout de bras pendant des heures

Si vous êtes familier du Crane 2, vous ne serez pas perdu puisqu’avec le Crane 2 S on retrouve un gimbal avec la même forme et les mêmes dimensions que le crane 2, mais avec par contre pas mal de petites nouveautés, notamment des fonctions qu’il a hérité de son grand frère le Crane 3S. On va voir tout ça.

D’abord, la plus grosse nouveauté et la plus importante, vous l’avez sans doute toute de suite remarqué, le Crane 2S a DES DORURES. Un peu partout on a des petits éléments dorés, et ça ça fait vraiment plaisir, ça en jette, ça montre qu’on a pas payé 600 balles pour rien. Les clients vont être impressionnés ! Bon en vrai fait ça très plastique, assez cheap, faussement luxe, je trouve que c’est vraiment pas terrible. Cela dit, on s’en fout quand même pas mal, ce qui compte c’est pas son look c’est la toutes les nouveautés qu’il apporte.

Première nouveauté assez cool c’est qu’il est possible de choisir la forme du gimbal en fonction de votre boîtier ou setup. De base le Crane 2S est fourni avec un grand bras à l’arrière qui amène l’axe du roll juste derrière le boitier. Comme ça chaque moteur gère exactement un axe et offre au gimbal la meilleure stabilité possible. Mais dans cette config si on a un écran à l’arrière du boitier ça va énormément le cacher, on ne pourra vraiment s’en servir. Il est donc possible de retirer une portion du bras pour avoir le moteur du roll décalé vers le bas comme sur un Ronin S ou Crane 3 S par exemple, et ça c’est vraiment pratique si on a pas d’écran externe où que l’on ne veut pas en mettre pour ne pas alourdir le setup, ou qu’on ne veut pas déplier un écran sur rotule. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pour l’utiliser au mieux avec mon X-T3. Au passage, on allège le tout de 70g, ce qui est toujours ça de pris.

Pour passer de l’un à l’autre, il faut quand même retirer une dizaine de vis, avec deux clés alène différentes plus un petit cruciforme. Les petites clés alènes sont fournies mais elles sont tellement merdiques qu’elles se sont déformées quand j’ai essayé. Heureusement j’en avais d’autres plus solides chez moi. Il faut aussi bien faire gaffe à ne pas abimer le petit câble à l’intérieur et à le remettre comme il faut avant de refermer. Bref, ça m’a pris genre deux heures et quelques sueurs froides, mais si je devais le refaire maintenant j’irais beaucoup plus vite. Mais c’est quand même pas une opération qui se fait vite fait sur le terrain non plus.

Est-ce que le gimbal est moins performant dans cette config ? Je n’ai pas vu de différence pendant mes tests. Zhiyun annonce de nouveaux moteurs et des nouveaux algorithmes pour une meilleure fluidité dans les mouvements et ça je l’ai constaté. C’est vraiment un gros point fort de cette version, et surtout, ce qui m’a marqué c’est sans aucune configuration. Les réglages de base en auto fonctionnent super bien. Je vous avais fait le test de l’AK4000 de Feiuyh Tech et si vous l’avez vu vous vous en souvenez peut-être, c’est qu’au final il fonctionnait bien aussi, mais avant d’avoir un truc vraiment stable j’avais du pas mal jouer avec les réglages des moteurs, la calibration, etc. Là, on installe l’appareil, on équilibre correctement, un coup de calibrage en automatique, et boom, on peut faire des belles images direct, c’est parfaitement fluide. Ensuite bien sûr il est toujours possible d’ajuster tout plein de paramètres pour personnaliser son gimbal à sa manière, mais les réglages de base sont vraiment top. Moi par exemple j’ai réduit les vitesses de rotation des 3 axes quand on le contrôle au joystick, tout en laissant la vitesse et la douceur au max en mode follow.

Tous les réglages de personnalisation sont faisables directement depuis l’écran intégré au gimbal, pas besoin de passer par l’application. On peut régler énormément de choses comme la puissance des moteurs, la sensibilité, la fluidité, la vitesse, personnaliser les touches, etc. L’écran a été sensiblement agrandi puisqu’il est maintenant 50% plus grand que sur le Crane 2. Bon, ça veut dire qu’il fait maintenant 2cm de large, ce qui n’est pas tout à fait un écran de cinéma non plus, mais il est tout à fait fonctionnel. Petit bémol, la roue crantée, si c’est un système que j’aime bien sur le principe, celle du Crane 2 S est toujours assez désagréable à utiliser : un peu agressive au toucher et dure à tourner. Du coup on tourne facilement deux crans d’un coup. Même avec le gimbal posé c’est pas super fluide. Bon ça reste fonctionnel et normalement on a pas besoin d’aller dans les menu dans le vif de l’action, mais c’est un peu dommage que la roue crantée ne soit pas au niveau du reste. Du coup avec les nombreux menus on peut tout à fait se passer l’application pour tout, sauf pour un truc, et ça c’est vraiment chiant : avant d’utiliser le gimbal pour la première fois, Zhiyun nous oblige à installer l’appli ZY Play, à créer un compte, s’y connecter et à enregistrer le gimbal. Assez frustrant et surtout on se demande à quoi ça sert.

Surtout que l’application, parlons en, elle fonctionne mais elle est quand même pas super fournie. La connexion est rapide et on peut ensuite contrôler le gimbal avec un joystick, le mettre en mode miroir du téléphone etc. mais par contre je n’ai pas réussi à faire fonctionner le tracking qui est sensé être possible en mettant le téléphone sur la griffe flash de l’appareil. D’une manière générale, pas mal d’utilisateurs semblent avoir des problèmes avec l’appli, plus que DJI qui mets plus d’efforts sur la partie application.

Donc c’est pas son point fort, mais bon, le Crane 2 S a à coté de ça plein d’excellentes idées au niveau du design, qui rendent vraiment son utilisation super agréable. Première idée toute bête mais super pratique, le système de vérouillage mécanique des axes. Sur chaque axe vous avez un petit bouton pour verrouiller l’axe. C’est super utile quand on transporte le stabilisateur ou pour le ranger et éviter qu’il bouge. Ca sert aussi à accélérer le premier équilibrage rapide avant d’affiner. Et enfin moi je m’en suis pas mal servi dès que j’avais besoin d’ajuster ou de fixer des trucs sur le gimbal. On verrouille tout et même gimbal éteint on sait que ça bouge pas. Si jamais on oublie de déverrouiller un axe quand on allume le gimbal il râle en faisant bip bip.

Deuxième idée vraiment excellente et pour moi c’est vraiment un atout qui peut faire la différence à l’usage, c’est le système de fixation intégré sur le côté. Une partie du bras qui supporte l’appareil peut se détacher via un petit levier. On relache le levier et on peut ensuite sortir le plateau principal comme ça. Ca un double avantage : le premier c’est qu’en fixant un plateau rapide de son choix sous le plateau principal on va pouvoir passer super vite du gimbal à un trépied ou monopod. C’est plus rapide que la plupart des autres systèmes, mais surtout la grosse force c’est que c’est encore plus rapide dans l’autre sens. D’habitude quand on remet le plateau rapide sur un gimbal on est obligé de refaire l’équilibre du tilt, mais pas avec ce système, puisqu’il reprend exactement sa position initiale. Autre intérêt, et c’est ça qui en fait pour moi le gimbal run&gun par excellence, c’est que ça marche aussi pour le transport. On équilibre bien le gimbal avant de partir, et après on peut le transporter d’un coté, l’appareil avec le plateau fixé de l’autre, et quand on arrive sur le terrain, on clipse et on peut shooter direct !

Autre bonne idée, c’est la possibilité de fixer directement le plateau principal sur le coté, pour faire des vidéos verticales en allégeant le setup et évitant de passer par un L-bracket. Il faut quand même bien sûr refaire l’équilibrage. Pour ceux qui chouinent sur les vidéos verticales, que c’est nul tout ça, ne vous inquiétez pas, si vous achetez ce gimbal, vous n’êtes pas obligé d’en faire, c’est juste une option pour ceux qui veulent en faire, c’est pas grâve.

A part ces trois principales nouveautés, d’une manière générale on sent que le produit est vraiment arrivé à maturité avec plein de petits détails agréables. L’équilibrage est plus facile grâce à un système de fixation qui ne glisse pas tout d’un coup. On a petit bouton pour ajuster la duretée du levier de blocage de la plaque principale. La plaque principale est fournie avec un réhausseur pour plus gros objectifs et un support pour objectif pour éviter les déviations d’axes. La poignée principale autour des batteries est maintenant en carbone pour gagner un peu de poids. Bon d’après mon dos, ce gimbal fait environ 3587 kg, mais d’après ma balance de cuisine il fait 2,2 kilos tout compris, avec trépied plateaux, batteries, etc. ce qui est vraiment pas mal pour un stabilisateur de cette puissance.

Puisqu’on parle des batteries, encore un gros point positif par rapport à d’autres gimbals, le Crane 2 S utilise des batteries 18650 standards, qui sont facilement remplaçables et pas cher. Et ça je trouve ça hyper rassurant sur un tournage de pouvoir avec toujours un set de batterie de rechange. Même s’il est annoncé pour 12 heures d’autonomie, on sait jamais, on oublie de recharger la batterie ou le soir on branche le chargeur sur une prise et quand on éteint la lumière en fait ça éteint aussi le chargeur, Faites pas genre ça vous ai jamais arrivé ! ou on enchaine des tournage, etc. bref, avoir des batteries de rechanges pour une 20aine d’euro plutôt qu’une batterie intégrée c’est un vrai plus du Crane 2 S.

Au niveau des petits nouveautés, on peut aussi noter la présence de filetage ¼ de pouce de chaque côté du manche et sous le plateau rapide ce qui va permettre d’accessoiriser le gimbal plus facilement.

Au niveau de l’utilisation, le Crane 2 S est vraiment super agréable, comme l’était déjà le Crane 2, avec une fluidité peut-être encore améliorée, surtout sans rien régler dans les menus, avec la config de base. Je l’ai utilisé principalement avec un X-T3 et l’indétronable Sigma 18-35, ce qui fait une config autour de 1,6 kg. Et là la stabilité et la fluidité sont vraiment irréprochables, quelle que soit la position. J’ai pas testé avec plus lourd parce que j’ai pas, mais j’ai vu d’autres vidéastes tester avec des des configs nettement plus lourdes comme une Canon C300 réduite au minimum.

Il y a tous les modes de contrôle qu’il faut avec le mode de base qui est le pan follow, où comme son nom l’indique le gimbal suit le pan mais stabilise tout le reste, le mode lock qui permet de verrouiller tous les axes, ce qui est particulièrement utile pour conserver une perspective précise par exemple. Avec le bouton devant qui tombe vraiment bien sous l’index on passe en mode follow, où le gimbal va suivre tous les mouvements de manière très fluide. Si on veut un suivi plus agressif on utilisera le mode GO, qui suit aussi les mouvements mais beaucoup plus rapidement. Enfin il y a le mode POV – Point of View – qui suit tous les mouvements, y compris le roll et le mode vortex qui ne sert jamais en vrai mais qui est toujours rigolo à utiliser. Les raccourcis sont bien pensés, les noms assez logiques et on a toujours la confirmation visuelle du mode sélectionné à l’écran donc la prise en main est vraiment rapide. En quelques heures on maitrise vraiment le gimbal et avec un peu d’entraînement on peut même passer de manière fluide du normal au mode inversé, qui fonctionne lui aussi très bien.

Bon point encore, le Crane 2 S est fourni avec plein de petits câbles pour le connecter à la caméra pour pouvoir contrôler les réglages et l’enregistrement directement depuis le gimbal. Il est compatible avec tout un paquet d’appareil photo Canon, Sony, Panasonic, Nikon, les pocket cinema et même Fuji, pour mon plus grand bonheur. Quand on connecte l’appareil on doit pouvoir régler directement depuis le gimbal l’ouverture, le shutter, les ISO et la compensation d’exposition. Sur mon X-T3 j’ai pas l’impression que ça fonctionnait parfaitement, mais pour être honnête c’est pas quelque chose que j’utilise d’habitude, en plus j’aime pas trop la roue crantée, donc j’ai pas non plus cherché plus que ça à le faire marcher. J’imagine qu’en réglant le X-T3 correctement ça doit marcher. Par contre ce qui marche et que j’ai beaucoup utilisé c’est de pouvoir faire la mise au point, déclencher et jouer avec la compensation d’exposition. Pour moi c’est l’essentiel pour être vraiment pratique à utiliser : un bouton d’enregistrement, un bouton de focus et la molette pour un réglage d’exposition. Avec ça j’ai tout ce qu’il me faut !

En conclusion, que penser de ce gimbal ? Déjà, qu’il me reste encore pas mal de choses à tester, notamment l’utilisation en mode photo pour faire du timelapse et surtout les accessoires comme le follow focus et l’écran de contrôle à distance. Mais je voulais déjà vous faire un premier retour après une bonne semaine de test. Pour moi le Crane 2 était déjà un des gimbals de référence dans sa catégorie, au coude à coude avec le Ronin S selon les usages et les préférences de chacun, mais là le Crane 2 S, sans être révolutionnaire par rapport au Crane 2 vient vraiment pour moi largement faire pencher la balance pour le Crane 2 S. On verra ce que nous sort DJI prochainement, peut être qu’ils mettront la barre encore plus haut, j’ai pas d’infos. En tout cas le Crane 2 S corrige tous les petits défauts du Crane 2 et apporte plein de petites évolutions qui rendent la prise en main et l’utilisation au quotidien vraiment fluide et agréable. Non seulement la stabilisation elle même est au top, ce qui est quand même la base de ce qu’on demande à un stabilisateur, mais tous les petits plus comme les batteries facile à changer, le système de plateau rapide, les systèmes de verrouillage des axes et des plateaux, les modes de contrôles bien pensés, le petit écran, le poids raisonnable, etc. Bref, la bonne ergonomie générale fait que vraiment c’est un gimbal à la fois efficace et agréable à utiliser et que je recommande donc sans hésitation.

Et puis les dorures aussi !

Si la vidéo vous a intéressé, partagez la avec vos confères vidéastes, dites moi en commentaire ce que vous en pensez ou si vous avez des questions, likez, abonnez-vous, allez regarder toutes mes autres vidéos aussi géniales et d’ici la prochaine vidéo, je vous dis à la prochaine et bonnes vidéos !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *