A quoi sert VRAIMENT un filtre ND ?

Comment marche un filtre ND ? Quels sont les différents types de filtres ND (carré, circulaires, variables, etc.), à quoi ça sert et comment choisir ? On voit ça avec 3 exemples pratiques.

Salut à tous, aujourd’hui je vais vous parler d’un des filtres les plus utile en photo et en vidéo : le filtre ND.

On va prendre les choses dans l’ordre et parler d’abord de ce que c’est qu’un filtre ND, des différents types de filtre ND, puis de pourquoi utiliser un filtre ND et je vous montrerai les 3 cas d’utilisations incontournables où un filtre ND fait vraiment la différence.

Alors donc première question : qu’est-ce qu’un filtre ND ? C’est un filtre qu’on va mettre devant l’objectif et qui va diminuer la quantité de lumière qui atteint le capteur, comme des lunettes de soleil. ND ça veut dire neutral density, ça veut dire qu’il va être neutre au niveau des couleurs, il va réduire la quantité de lumière de manière identiques pour toutes les couleurs. Il ne va pas filtrer plus le vert que le rouge par exemple. Enfin ça c’est en théorie ; en pratique c’est rarement exactement le cas, comme on le verra lors des tests réels de filtre ND.

Il existe des filtres de différentes puissances, qui vont plus ou moins réduire la lumière qui passe à travers. La puissance du filtre peut s’exprimer de plusieurs façons. La notation la plus simple c’est la notation ND_quelque_chose, genre ND2, ND16, ND1000, etc. C’est celle qui dit par combien on va diviser la lumière qui rentre dans l’objectif. C’est la notation la plus courante parce que c’est aussi la plus claire à mon avis, et visiblement de l’avis de beaucoup de gens. Un filtre ND2 divise la quantité de lumière qui rentre par 2, un ND32 par 32, un ND1000 va diviser par 1000 la quantité de lumière qui rentre, etc. Ça veut dire que si on garde la même ouverture et les mêmes ISO, on va multiplier le temps de pose par 1000 pour avoir la même exposition. C’est assez facile pour faire des calculs de temps de pose du coup. Par exemple si j’étais à 1/1000 de seconde sans filtre, je passe à 1s avec le filtre ND1000. On pourrait aussi multiplier les ISO par 1000, mais c’est généralement pas trop ce qu’on cherche ! L’autre notation, c’est celle qui indique de combien de stop on va réduire l’exposition, comme en photo. Ça revient au même au final, faut juste pas s’embrouiller entre la valeur ND et le nombre stop. Un filtre ND de 5 stop va réduire l’exposition de 5 stop, soit la quantité de lumière de 2 puissance 5, soit 32. C’est donc aussi un ND32. Il y a encore d’autres notations, mais elles sont moins courantes et plus compliquées, donc ça n’est pas la peine de s’attarder dessus.

Si on cumule des filtres ND, ce qui est tout à fait possible, il suffit de multiplier leur valeur ND pour avoir la valeur ND finale. Un filtre ND8 et un filtre ND4 équivaut un à un filtre ND32. Avec les stops, il suffit de les additionner. Un filtre 3 stop et un filtre 2 stop, donne un filtre 5 stop.

Il existe aussi des filtres ND de puissance variable, c’est-à -dire qu’il vont être par exemple ND2 à ND32, comme celui-là. Au minimum de la puissance il va diviser la lumière par 2, au maximum par 32. Il s’agit en fait deux deux filtres polarisants superposés. Quand ils sont alignés, ils bloquent peu de lumière. Quand ils sont perpendiculaires, quasiment aucune lumière. Cela dit, s’il y existe toujours beaucoup de filtres ND à puissance fixe alors qu’il existe aussi des filtres variables, c’est bien que les filtres ND variables n’ont bien sûr pas que des avantages. C’est un peu comme pour les objectifs, si les zooms n’avaient que des avantages sur les focales fixes, il n’y aurait plus de focales fixes. Pour gagner en polyvalence, on va forcément perdre quelque chose. Les filtres ND variables vont avoir des problèmes de manque d’homogénéité au niveau de la réduction de la lumière et des couleurs. C’est à dire qu’il vont faire apparaître des zones plus sombre sur l’image, et laisser des zones plus claires en forme de X. La visibilité de cette croix est très variable selon la puissance réglée sur le filtre et selon sa qualité aussi. Sur les filtres ND variables de faible amplitude, ça sera généralement imperceptible. Sur les filtres ND qui promettent d’aller de ND2 à ND1000, vous pouvez quasiment être sûr qu’ils seront inutilisables à pleine puissance. Autre inconvénient des filtres ND variables, comme ils sont constitués de filtres polarisants, il ne sont pas utilisables en plus d’un filtre polarisants. Certains ND variables conservent l’effet polarisants, mais la plupart non. Enfin, la plupart des filtres ND variables sont plus larges que l’objectif, rendant impossible l’utilisation du pare-soleil et plus compliqué l’utilisation de bouchons d’objectif. 

Enfin, dernière différence entre les filtres ND, la forme. Là je vous ai montré des filtres circulaire, mais pour les NDs fixe, il existe aussi des filtres ND carrés, comme celui-ci. Ce filtre ND1000 par exemple, il a l’air complètement opaque mais c’est bien un filtre ND qui laisse passer seulement un millième de la lumière. Au lieu de viser le filtre sur l’objectif directement on va installer un porte filtre sur l’objectif puis on va installer le filtre dans le porte filtre. Pourquoi s’em…beter avec ça ? ça permet d’avoir une taille unique de filtre pour tous ses objectifs, et de réduire le vignettage, en particulier si on utilise plusieurs filtres, ce qui est possible avec un porte-filtre. C’est aussi assez pratique pour le mettre rapidement sans modifier le cadrage. Enfin c’est indispensable pour utiliser ND gradué et pouvoir le régler en hauteur. Un filtre ND gradué possède une zone plus sombre que l’autre, avec un dégradé plus ou moins rapide entre les deux. Avec un porte filtre cela permet de faire glisser le filtre gradué et donc re régler la hauteur de la séparation. Avec l’augmentation de la dynamique des capteurs et des techniques comme le HDR ces filtres sont moins utiles qu’avant, mais restent quand même utiles en cas de très fort contraste entre le ciel et la terre.

(voix de Fred) Hey c’est bien beau tout ça, mais dit donc Jamy au fait pourquoi est-ce qu’on voudrait diminuer la quantité de lumière alors que le plus souvent on cherche au contraire à avoir le plus de lumière possible ? Et ben c’est pas sorcier : ça va être pour pouvoir augmenter le temps de pose dans des situations très lumineuses. C’est bien beau tout ça, mais au fait pourquoi est-ce qu’on voudrait diminuer la quantité de lumière alors que le plus souvent on cherche au contraire à avoir le plus de lumière possible ? Ça va être pour pouvoir augmenter le temps de pose dans des situations très lumineuses. Pour réduire l’exposition d’une photo vous savez qu’on peut jouer sur trois paramètres : les ISO, l’ouverture et le temps de pose. Si on a beaucoup de lumière, on va déjà être aux ISO les plus bas, donc on ne peut pas baisser les ISO. Ensuite on a l’ouverture, on va pouvoir réduire l’exposition en fermant le diaphragme. Mais déjà tous les objectifs sont limités au niveau du nombre f jusqu’auquel on peut monter. F/16, F/22, parfois même F/32, mais jamais F/100 par exemple. Et surtout, si on ferme trop, on va dégrader la qualité de l’image à cause de la diffraction. On va aussi augmenter la profondeur de champ, ce qu’on ne veut pas forcément. On peut vouloir garder un flou d’arrière-plan important. Donc réduire l’ouverture, bof. Il nous reste donc plus que le temps de pose. Et c’est le paramètre avec lequel on va jouer le plus souvent dans ces conditions. En plein soleil par exemple, on va souvent utiliser des temps de pose très courts, par exemple un 500ème de seconde, 1 millième de seconde ou même encore plus court parfois. Ça va super bien figer le mouvement et on aura donc aucun flou de mouvement. Mais justement, si on en veut, du flou de mouvement ? Ben on va être bloqué, si on augmente le temps de pose pour avoir du flou de mouvement, on va être surexposé. Et c’est là qu’on va avoir besoin d’un filtre ND. Ca tombe bien, c’est de ça qu’on parle depuis le début de la vidéo !

On va voir les trois cas les plus courants où on va justement vouloir du flou de mouvement, et avoir du coup besoin d’un filtre ND. Le premier cas c’est en photo pour faire de la pose longue en plein jour, pour lisser le mouvement de l’eau ou des nuages, ou pour faire disparaître les éléments mobiles sur la photo. Je vous avais fait un tuto sur comment faire de la pose longue sans filtre ND, ce qui peut servir, mais vous avez vu que la technique a quand même ses limites. Si vous n’avez pas vu la vidéo, je vous invite vraiment à la voir, elle est en toute modestie franchement très intéressante. Fin de la page d’autopromo. Donc si vous voulez faire de la pose longue pour obtenir un effet de lissage sur l’eau comme par exemple sur cette photo, vous allez utiliser un filtre ND. Ca va vous permettre, selon le filtre ND, de passer le temps de pose à quelques secondes à quelques dizaines de seconde par exemple. Notez qu’il est tout à fait possible de combiner des filtres ND si un seul ne suffit pas. Si vous avez un filtre qui divise par mille la lumière qui rentre et un autre qui divise par dix, en mettant les deux vous aurez dix-mille fois moins de lumière, donc un temps de pose dix-mille fois plus long.

Par exemple, sur cette photo, à la base sans filtre j’avais un temps de pose d’un centième de seconde, j’ai ajouté un filtre ND 1000 et je suis passé à un temps de pose de 10s. En enchaînant plusieurs photos et en les combinant avec la technique de la vidéo dont je vous ai parlé juste avant, j’ai pu atteindre un temps de pose total de six minutes, ce qui donne ça, un effet pratiquement impossible à obtenir sans filtre ND. Et comme j’arretais pas de tester plein de filtres sur plein d’objectifs, on voit au passage que mon capteur était bien crade. Heureusement, ça se corrige vite fait, hop, vous n’avez rien vu. (MIB) Il n’y a aucune tâche sur le capteur.

Deuxième cas d’utilisation super courant : en vidéo. En vidéo, si le temps de pose de chaque image est trop court, ça va donner une image saccadée, avec des mouvements qui vont sembler assez peu naturels, qui vont manquer de fluidité. Regardez par exemple les bras de ce bel homme quand il marche. Ou encore les jambes de cet athlète de haut niveau quand il court avec grâce. Les mouvements sont saccadés, ça fait bizarre. En ajoutant un filtre ND, ici un ND 1000 en l’occurrence, on va obtenir un mouvement plus fluide, plus cinématique. Je vous mets les deux côté à côté pour comparer.

Mais pour être honnête, il faut quand même bien avouer que les gens s’habituent de plus en plus à des vidéos tournées avec des temps de pose très court, sans aucun flou de mouvement. Voir même parfois maintenant préfèrent des vidéos comme ça, puisque c’est le cas de quasiment toutes les vidéos tournées au smartphone ou avec les action cam.

Dernier cas courant d’utilisation de filtre ND, à la frontière entre photo et vidéo, c’est en timelapse. Un timelapse en ville en pleine journée sans filtre ND, ça va donner ça. C’est pas très agréable à regarder puisque tous les éléments qui bougent vite sont super saccadé, on dirait qu’ils se téléportent. Avec un filtre ND32 on va pouvoir réduire le temps de pose à une demi-seconde par exemple comme ici. On va alors obtenir un flou de mouvement sur tous les objets mobiles tout en continuant quand même à distinguer clairement les véhicules qui passent par exemple. Avec un filtre ND 1000, là par contre on va allonger le temps de pose à quelques secondes et les éléments rapides vont se réduire à de simples traces. Évidemment ce sont juste quelques exemples. Avec différentes valeurs de filtre ND on va pouvoir jouer sur le temps de pose comme on veut et obtenir l’effet créatif qu’on souhaite.

Petit bonus au passage, si au lieu de faire un timelapse avec ces photos je les combine via un empilement median, je vais pouvoir vider la place de la Concorde en quelques clics ! Ce qui est vachement plus simple que de le faire en vrai ! Je vous mets un lien en description pour plus d’infos sur cette technique.

En résumé le filtre ND donne finalement un quatrième paramètre d’exposition avec lequel on peut jouer pour réduire la quantité lumière, ce qui permet de se libérer du triangle d’exposition pour se retrouver dans … le carré d’exposition j’imagine.

J’espère que maintenant tout est clair pour vous ! Dans les prochaines vidéos je vais vous parler filtres toujours puisque je vais vous tester des filtres ND et polarisants et voir les dérives de couleurs et autres problèmes qu’ils peuvent engendrer, donc abonnez-vous pour ne pas rater ça. D’ici là, bonnes photos, bonnes vidéos et bon carré d’exposition !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *